Mille bornes dans le Massif central (printemps 2018) – 31/31 – la chaîne des Puys

La chaîne des Puys est un ensemble de 80 volcans dont l’essentiel s’étend sur 25 kilomètres, selon un axe nord-sud. Nous allons passer les deux derniers jours du trek à les remonter, du méridional puy de la Rodde au septentrional puy de la Nugère, en passant par les plus emblématiques, le puy de Dôme, le puy de la Vache ou le puy Pariou.

En rouge, notre traversée de la chaîne des Puys (correspondant sur openrunner au jour 43 et au jour 44)

Là où les monts Dore, du Cézallier, du Cantal, d’Aubrac, de Lozère et d’Ardèche ont comblé voire surclassé nos attentes, les monts Dôme les ont quelque peu déçues ; la faute à un relief trop faible, à la rareté des terrains ouverts, à la redondance des marches en forêts, peut-être aussi au terme imminent du trek ; la faute, surtout, à la trop grande affluence touristique et aux trop nombreux aménagements du puy de Dôme, liés à la proximité de Clermont-Ferrand, au début des grandes vacances et plus encore à la possibilité d’accéder au sommet par voie ferrée, élément nécessaire pour que le site soit classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, ce qui a été officialisé le lundi suivant notre passage. Ceci dit, l’identité bien particulière de la chaîne de volcans n’a pas manqué de nous taper dans l’œil, et nous y avons établi l’un des plus beaux bivouacs du séjour.

Notre première matinée de marche culmine dans l’ascension du puy de la Vache, volcan basaltique dont la crête dégagée est couverte d’une poussière de scorie rougeâtre me rappelant, en miniature, l’île de Tenerife.

Le puy de la Vache

Le sentier forestier menant au puy

Son revêtement basaltique

Du balcon rougeoyant du puy…

…vue sud sur la chaîne des Puys et au loin, les monts Dore…

…vue ouest vers le puy de Pourcharet…

…vue nord-ouest vers le puy jumeau de Lassolas…

…et vue nord vers le puy de Dôme

Une épreuve exaltante initiée par Ivonig nous attend au puy voisin de Lassolas : le dévalement anarchique de ses pentes sablonneuses, au pas de course et hors-sentier. Sacha chute au bas de la descente ; je me ris de lui et chute à mon tour.

Sacha en pleine action

En récompense de notre audace, une halte-restaurant au village de Laschamps, la dernière du trek.

L’église de Laschamps

L’après-midi est axé autour de l’ascension du puy de Dôme, un sommet exceptionnel par sa situation, mais trop bétonné, trop visité, en bref trop civilisé à notre goût. En grande forme depuis son réveil, Ivonig avale au rythme d’un marcheur nordique les 400 mètres verticaux de son ascension, et ce sous un soleil ardent ; malgré mes bonnes jambes, je suis incapable de le suivre jusqu’au bout.

Le puy de Dôme

Le puy de Dôme vu du nord, de loin…

…et de près

L’antenne du sommet, et à sa droite, les ruines restaurées du temple de Mercure

Du sommet, vue sud sur la chaîne des Puys…

…vue est sur le tas de béton de Clermont-Ferrand

…vue nord sur le dégarni puy Pariou et, derrière lui, le reste de la chaîne des Puys

…et vue nord-ouest sur le Grand Suchet et, à sa gauche, le puy de Côme

Au nord du puy de Dôme se trouve le puy Pariou, un fascinant cratère intact qu’utilisent souvent dans leur publicité les grandes marques d’eau minérale. Sa visite conclura avec la manière notre journée de marche.

Le puy Pariou

Les prairies séparant le puy de Dôme du puy Pariou

L’approche du puy

La crête circulaire du cratère…

…ou végètent un troupeau de mouton…

…et sa cuvette

J’ai planifié un bivouac dans les grottes du Cliersou, une bosse jouxtant le puy Pariou. Trop poussiéreuses, elles nous conviennent bien moins que le sommet qui les surplombe, espace vaste, dégagé, herbeux et plat, avec vue panoramique à 360 degrés sur le puy de Dôme et les volcans alentour. Nous nous y installons après avoir préparé et ingurgité notre repas à l’abri des grottes.

Le bivouac idéal du Cliersou

Un sommet parfaitement adéquat

Notre installation, avec vue au sud sur le puy de Dôme…

…et au nord sur le puy Chopine et le puy de Jume

La tente de Sacha prend le soleil…

…pendant qu’il prépare notre soupe de riz dans les grottes en contrebas

Sur le papier, la marche du lendemain avait des atouts, avec l’ascension des puys des Gouttes, de la Coquille, de Jume, de la Nugère ; je n’en retiens pourtant pas grand chose, la frustration liée à la fin prochaine du trek m’empêchant de me réjouir. Et ce n’est pas l’arrivée finale à Volvic, ville sans attrait de la banlieue de Clermont-Ferrand, qui me redonne le sourire.

Le triste final du trek

Vue sur le puy de Dôme au réveil

Une piste forestière truffée d’orties qui font regretter à Sacha l’usage exclusif du short

Le puy de Dôme vu du sommet du puy des Gouttes

La statue de Notre-Dame planant sur Volvic

Volvic

Le château de Bosredon et, à sa gauche, l’église Saint-Priest

Ainsi se termine, dans une ambiance déjà teintée de mélancolie, mille bornes de vadrouille au cœur du plus vieux et vénérable massif de notre beau pays.