Road-trek en Pays Cathare (février 2019) – 2/4 – autres châteaux cathares

La découverte de la forteresse de Montségur fut pour nous l’occasion d’une marche jouissive ; il n’aura pourtant pas été le seul château cathare visité durant notre trek, et certainement pas le plus beau.

Dès avant la boucle de Montésgur, nous en avions calé une autre à l’improviste, à destination des ruines de Roquefixade, plus modestes, certes, mais ayant l’avantage d’être accessibles depuis un charmant village fortifié.

Le village de Roquefixade

L’ancienne bastide vue de loin…

…et de près ; au loin, le pic de Saint-Barthélémy

La place du village

L’église de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge

Une entrée de la bastide

Le village est surplombé par la Quière, une barre rocheuse abrupte de plusieurs kilomètres, au terme de laquelle gisent les ruines de l’ancien château. Nous les explorons avant d’arpenter la crête de bout en bout, sur un sentier bien réel et balisé, bien qu’il ne soit pas indiqué sur les cartes et obstrué de toiles d’insectes non identifiés.

Autour du château de Roquefixade

La boucle effectuée (lien openrunner)

Les parois de la Quière

A leur extrémité occidentale, les murailles du château

Ses ruines vues de loin…

…et de près

Le sentier de crête serpentant vers le roc de la Lauzade

Le parcours est émaillé de saillies rocheuses…

…tel le roc de Louis, dépassé dans la descente

Du roc de la Lauzade, vue vers Foix

Le lendemain, nous visitons le château de Montségur et, quelques heures plus tard, celui de Puilaurens. Tout aussi perché et nettement mieux conservé, avec son donjon en état correct et sa vaste cour intérieure, il est fermé mais accessible, moyennant l’enjambement d’une petite barrière.

Le château de Puilaurens

La forteresse vue de loin

La voie défoncée qui monte au château

Ses murailles vues de l’extérieur…

…et de l’intérieur

Encore plus impressionnant est le château de Peyrepertuse, la plus célèbre et visitée des forteresses cathares. Nous comprenons pourquoi en découvrant son enceinte, dont les murailles prolongent naturellement de puissantes parois calcaires, s’étendent sur 300 mètres de longueur et enferment deux donjons très bien conservés, d’où la vue sur les vallées alentour est vertigineuse.

Le château de Peyrepertuse

La falaise sur laquelle se dresse le donjon, vue du sud

Le Donjon-Vieux et une partie de la première enceinte

Au premier plan les restes de l’enceinte médiane, qui relie le Donjon-Vieux au Donjon San Jordi

Le Donjon San Jordi vu de l’extérieur…

…et de l’intérieur

Du haut du Donjon San Jordi, vue sur le Donjon-Vieux…

…sur le village de Rouffiac-des-Corbières…

…et sur celui de Duilhac ; au fond, on devine, planté sur un éperon rocheux, le château de Quéribus

Pris par le temps, nous n’avons pas le loisir de visiter la forteresse de Quéribus ; nous nous contenterons d’en admirer la silhouette à distance, tout comme, le lendemain, celles, moins épiques, des châteaux d’Aguilar et de Villerouge-Termenès,

Autres châteaux cathares

Quéribus

Aguilar

Villerouge-Termenès

On ne peut nier aux châteaux cathares leur puissante évocatrice. Ils n’auront pourtant été qu’une introduction au principal effort du road-trek : un circuit de 40 bons kilomètres au cœur du massif des Corbières, entre les gorges de Galamus et le Pech de Bugarach.