Road-trek dans les montagnes de Grande-Bretagne (avril 2019) – 8/10 – Skye – Trotternish

La péninsule de Trotternish est structurée autour d’une crête d’axe nord-sud de 30 kilomètres, née d’un des plus gigantesques glissements de terrain de l’histoire européenne. Nous devons la longer d’un bout à l’autre, pour ce qui constituera notre plus longue marche du séjour, la seule par ailleurs qui ne prendra pas la forme d’un circuit.

Le tracé (lien openrunner)

Aux deux extrémités de l’immense arête, l’érosion des falaises a créé des bizarreries géologiques : au nord, le Quiraing et au sud, le Old Man of Storr, un immense monolithe détaché de la paroi et l’un des sites naturels les plus visités de toute la Grande-Bretagne. Nous pouvons en témoigner : le parking officiel censé accueillir les touristes est bondé et nous devons nous garer 500 mètres plus loin, au bout d’une interminable file de voitures. L’affluence gâche un peu la découverte des lieux et nous ne nous y attardons pas autant de temps que nous l’aurions voulu.

Old Man of Storr

La montagne de Storr, d’où se détache le Old Man, repérable à sa droite

Des centaines de curieux nous ont devancés

Ils surchargent un sentier très érodé

Le Old Man vu du dessous…

…et de côté

En prenant du recul…

…nous pouvons plus pleinement l’apprécier

La photo la plus courante du Old Man, avec le Loch Leathan et l’océan en arrière-plan

La montagne du Storr, comme celles du Cuillin, garde des traces des neiges nocturnes

Il suffit de contourner un repli de la montagne pour passer d’une foule opaque à la plus complète solitude. Les vingt prochains kilomètres, nous ne croiserons que trois personnes. Nous laissons derrière nous le Storr et nous hissons sur une ligne de crête qui s’affaisse parfois profondément, nous contraignant à enchaîner les petites grimpes, la plupart du temps hors-sentier. La crête offre un contraste saisissant entre son flanc ouest, une pente douce et herbeuse échouant dans les tourbes de Uig, et son flanc est, une falaise abrupte et tourmentée dominant parfois la vallée de 500 mètres.

Le début du spectacle

Nous dépassons le Storr…

…et faisons face à une première cuvette de l’arête

A notre gauche, des landes aux courbes paisibles…

…et à notre doite, une immense paroi…

…qui décrit d’amples courbes…

…et domine l’est de la péninsule de 500 mètres

L’épine dorsale sur laquelle nous allons lutter jusqu’au soir…

…sans compter sur la moindre sente !

Les conditions météos très celtiques, marquées par une alternance de soleil et de bruine, renforcent la beauté des lieux. Nous n’oublions pas de nous retourner régulièrement, pour apprécier le spectacle sous tous les angles.

Sur la crête de Trotternish

Quelques exemples des panoramas qui se succèdent à l’avant…

à l’arrière…

…à notre droite…

…et à notre gauche…

…loin à l’ouest, nous distinguons la baie du port d’Uig

Dans le dernier tiers du parcours, la falaise dessine un ample demi-cercle autour d’une vallée de tourbes brunes émaillées de collines aux formes improbables. C’est sur un promontoire fermant ce cirque et faisant face au Quiraing que nous posons notre tente, pour la seconde fois seulement du séjour et la première fois dans des conditions décentes.

Le bivouac face au Quiraing

Des pentes du Beinn Edra…

…une vue d’ensemble des dix derniers kilomètres de l’arête

De ce vaste cirque…

…se sont émancipés des monolithes de diverses tailles…

…dont le plus imposant est le Cleat, à droite sur la photo

Le promontoire où nous nous fixons…

…avec une but imprenable sur la côte

Le vent, toujours glacial, nous importune toute la nuit ; il me tarde de me réchauffer en galopant vers le Quiraing, un chaos rocheux produit par une dislocation surréaliste de la falaise.

Le Quiraing

Vue d’ensemble du Quiraing

A ses pieds, la seule route qui traverse la crête

Les monolithes resserrés du Needle

Nous nous infiltrons entre deux d’entre eux…

…afin d’atteindre la Table, un promontoire herbeux aplati qui serait propice au bivouac s’il n’était pas soumis aux vents

Une descente aussi verticale que la montée…

…un coup d’œil sur les dernières saillies de la crête…

…et sur la côte est de Trotternish…

…et nous retournons au sentier officiel…

…qui file vers le village de Flodigarry

Durant notre passage dans le Quiraing, je repère en me retournant la perspective qui a été utilisée en couverture du livre Les 1001 randonnées qu’il faut avoir faites dans sa vie, celui-la même qui a justifié notre venue sur l’île de Skye. Je tente, de mémoire, de tirer le même cliché, et si j’ai échoué à y parvenir, c’est entre autres parce que la photo du bouquin semble avoir été considérablement remaniée. Imposture !

Ma tentative de plagiat

La photo copiée

Mon plagiat le plus fidèle

Autres essais infructueux

Arrivés sur l’île de Skye par le seul pont la reliant à l’Ecosse, nous en repartons par la mer, après avoir profité d’un désistement de dernière minute pour caler notre voiture dans le ferry reliant Armadale, côté Skye, à Mallaig, côté Écosse. Place au dernier défi du séjour, l’ascension du Ben Nevis.