Road-trek dans les montagnes de Grande-Bretagne (avril 2019) – 7/10 – Skye – Cuillin

Au départ, j’hésitais à inclure la très excentrée île de Skye dans notre road-trek, ne voulant pas abuser des talents de conducteur du frérot. C’était sans compter sur sa fascination pour les lieux, si vive qu’il me propose, quelques jours avant le départ d’inclure, non seulement la crête de Trotternish, mais également le volcan du Cuillin dans nos destinations.

La partie occidentale du volcan abrite les plus belles parois d’escalade des îles Britanniques. Nous préférons humblement nous balader dans la partie orientale, avec une nuit dans le bothy de Camasunary.

Le parcours effectué (lien openrunner)

Nous accédons au volcan du Cuillin par le hameau de Kilmarie, ce qui suppose le franchissement, à l’aller et au retour, de l’arête du Ben Leacach.

L’arrivée dans le Cuillin

Nous dépassons en voiture les premières collines de Skye…

et devinons déjà les cimes du Cuillin

La piste battue par les vents qui mène au volcan

A notre droite, les contreforts du Blà Bheinn

Nous laissons en arrière le hameau de Kilmarie…

les côtes lointaines de l’Ecosse…

et découvrons au col les principales cimes du Cuillin

Devant nous s’étend la splendide baie de Camasunary. Un bothy flambant neuf y a été aménagé, où nous devons passer la nuit ; nous y dressons dès à présent notre couche, constatant au passage que nombre d’autres randonneurs ont eu la même idée, et nous élançons pour une après-midi de marche au cœur du volcan.

La baie de Camasunary

Vue d’ensemble

Au fond de la baie, le lac de Creitheach…

et la cime pyramidale du Bla Bheinn

En son centre, la maison d’un courageux…

L’une des extrémités de la baie, prise par les eaux…

abrite l’ancien bothy abandonné…

et l’autre…

le nouveau bothy

Délestés de nos couches, nous pénétrons dans le cratère de l’ancien volcan en contournant le Sgurr na Stri, la montagne qui formait le rebord oriental de sa caldeira, par un magistral sentier côtier.

Sur les rives du Cuillin

Le sentier suit une côte…

qui ferait penser à la Méditerranée si les bourrasques nous harcelant n’était pas réfrigérantes

Nous nous éloignons de la baie de Camasunary…

et approchons l’entrée du cratère…

en contournant quelques escarpements de la côte

Devant nous, les étendues d’eau de Leachd et de de Cuilce…

enserrent l’ilot d’Eilean

Nous approchons le Bad Step…

un passage où la roche escarpée plonge directement dans la mer

Jouer des mains suffit pour le franchir sans risque

Vue rétrospective sur les eaux cristallines du Loch nan Leachd

Une dernière bosse nous sépare de l’ancien cratère, qu’emplit le lac Coruisk. De ses rives, nous contemplons longuement la crête centrale découpée et hostile du Cuillin, sur laquelle nous nous félicitons de ne pas nous être aventurés.

Le Loch Coruisk

Un dernier monticule à dépasser…

et nous faisons face au lac

L’arête majeure du Cuillin, le Black Cuillin, démarre près de notre emplacement…

et ceinture le lac sur 14 kilomètres

Enchanté par les lieux, nous décidons d’en profiter quelques temps encore en gravissant à l’improviste le Sgurr na Stri. Une grimpe de 500 mètres sans difficulté particulière, au terme de laquelle nous pouvons admirer dans toute son étendue le massif du Cuillin.

Au sommet du Sgurr na Stri

Ivonig en pleine ascension

Du point culminant…

Vue vers l’ouest et le Loch Coruisk…

le nord-ouest et la crête du Black Cuillin…

le nord-nord-ouest et la vallée de Sligachan, par laquelle la plupart des randonneurs s’immiscent dans le volcan…

le nord et la montagne isolée du Marsco…

le nord-ouest et le lac de Creitheach, dominé par la pyramide de Bla Bheinn

l’est et les cimes lointaines des Highlands…

enfin le sud-est et la péninsule d’Elgol

Le retour dans la baie de Camasunary s’effectue par un hors-sentier bien senti sur la paroi orientale du Sgurr na Stri. Nous nous réfugions sans encombre dans un bothy trop moderne, très peuplé, d’étrangers qui plus est, et de ce fait bien moins charmant que les précédents.

Le retour au bothy de Camasunary

Une vague sente…

nous ramène sur un plateau rocailleux…

d’où nous bifurquons vers l’est…

dévalons la paroi…

et échouons sur les rives du lac de Creitheach…

avant de filer vers la plage

Le temps se dégrade durant la nuit, et si notre bothy n’a à subir que des averses, c’est la neige qui sévit dans les hauteurs du Cuillin, comme en témoignent les paillettes blanches dont s’est paré le Sgurr na Stri à l’aube.

Les épisodes pluvieux seront brefs mais redondants jusqu’au soir ; ils gêneront notre retour matinal au parking, comme notre marche suivante, sur la légendaire crête de Trotternish.