Road-trek dans les montagnes de Grande-Bretagne (avril 2019) – 10/10 – Écosse – autres balades

En dehors du Ben Nevis, notre passage en Ecosse n’a compté, faute de temps, qu’une demi-douzaine de balades succintes.

Ce n’est d’ailleurs pas à pied que nous avons vécu l’un des moments les plus mémorables, à savoir le road-trip entre Glasgow et l’île de Skye, à travers les montagnes de Glen Coe, que les bourrasques et averses continues ont rendu particulièrement hostiles.

Quelques clichés des cimes de Glen Coe

A hauteur du dernier lac précédant Skye, le loch Duich, nous nous écartons de l’unique route traversant la région et pénétrons dans la vallée annexe de Glenmore.

Le loch Duich vu des hauteurs

Notre objectif est le bothy de Suardalan, niché sur les flancs du Torr Beag, à l’écart du hameau de Moyle.

Balade vers le bothy de Suardalan

La vallée de Glenmore

Ses pâturages

Deux kilomètres dans la tourbe et nous approchons le bothy

Les vallées alentour

Près du Bothy…

…un arbrisseau bravant les intempéries

Notre seul feu du séjour

Le trajet retour, par le cours d’un ruisseau…

…parfois anarchique

Quelques kilomètres de voiture et nous dépassons le château d’Eilean Donan, immortalisé dans le premier et moins mauvais opus de la saga Highlander.

Nous croisons au retour de Skye un autre édifice rendu célèbre par un autre blockbuster, le viaduc de Glenfinnan, élément central du film Harry Potter.

 

Descendus du Ben Nevis, nous faisons un crochet par Fort Augustus.

La ville a été édifiée en amont du fameux Loch Ness, qui s’étire sur près de 40 kilomètres.

En avance sur nos plans, nous pouvons poursuivre le road-trip jusqu’à la ville d’Aberdeen, dans laquelle j’ai végété quinze ans plus tôt, et traverser ce faisant les montagnes des Cairngorms, où nous effectuons un aller-retour de 10 kilomètres à destination du sixième et dernier bothy du séjour, celui de Gelder Shiel.

Vers le bothy de Gelder Shiel

Paysage des Cairngorms

Le bothy se situe dans un plateau où nous repérons de nombreux cerfs

Il est particulièrement confortable

Bonne surprise matinale : le bothy a pris la neige…

…tout comme les landes alentour

Deux heures de route supplémentaires et nous visitons la vénérable cité universitaire d’Aberdeen.

Aberdeen

Le King’s College

L’Elphinstone Hall

Devant le bâtiment faisant face…

…un vieux portique…

…témoigne de l’ancienneté de l’institution

Dans une ruelle adjacente…

…mon ancien logement

Nous reste à visiter, sous la bruine, le centre historique de la capitale du pays.

Édimbourg

Derrière le clocher de l’église paroissiale de saint Cuthbert…

…juché sur une colline, en plein cœur de la ville…

…le château d’Édimbourg

Dans la continuation de la colline, d’autres monuments…

parmi lesquels l’Assembly Hall

L’entrée du château…

…depuis laquelle on distingue la flèche sombre de saint Columba

A quelques encablures, la cathédrale saint Gilles

Un cimetière à l’écossaise

Après deux semaines dans des contrées mystiques, cette succession de monuments peinent à nous enchanter ; la faute à leur dégaine noirâtre, que renforce la grisaille d’un ciel menaçant. Mention spéciale toutefois à l’homogénéité des façades en pierre de la vieille-ville, qu’aucun bâtiment moderne ne vient rompre.

Quelques exemples des demeures concentrées sur la colline du château

Nous finissons la visite par un crochet vers la colline d’Holyrood, qui offre de son sommet, le Siège d’Arthur, le panorama le plus complet de la ville.

Arthur’s Seat

Un belvédère naturel…

…truffé d’ajoncs…

…et très érodé

Edimbourg vue du sommet

Comme d’habitude sa conclusion urbaine n’est pas au niveau du reste du road-trek ; au moins a-t-elle le mérite de nous faire moins regretter le retour au quotidien.