Road-trek dans la région lyonnaise (avril 2017) – 2/3 – le Beaujolais

Le troisième jour de notre road-trek est celui que j’ai préféré. Nous y avons découvert une région dont je n’avais jamais entendu parler, le Pays des Pierres Dorées, regroupant quelques dizaines de villages du Beaujolais dont les maisons ont été construites avec de la pierre calcaire jaune. Ce jour-là, nous n’avons accompli que deux boucles significatives, dont l’une entre deux des six villages que nous avons visité, mais avons au final passé notre journée à marcher en tout sens.

Notre parcours dans le Beaujolais (lien openrunner)

Le premier village sillonné, Châtillon, est construit sur un monticule dominé par les ruines de son château. Bien qu’il soit tout proche de la rocade de Lyon d’où nous déboulons, il me fait déjà oublier la triste traversée de cette métropole.

Le village de Châtillon

Le village, tassé sur un monticule

Une maison en pierre dorée

L’église du village

La chapelle du château

Le château et sa chapelle

Vue sur la vallée depuis le château

Nous enchaînons avec le village de Bagnols, étalé sur une butte. Aucune construction moderne ne vient perturber l’homogénéité de ses demeures.

Le village de Bagnols

Le village vu du nord-est ; au loin, la vallée d’Azergues

Le village vu de près

La rue menant à l’école

La place centrale

Maisons typiques

Situé à quelques kilomètres de Bagnols, le village de Theizé est le lieu de départ de notre seule marche conséquente de la journée : une boucle nous menant à Oingt, classé à juste titre parmi les plus beaux villages de France. Nous commençons par nous balader dans Theizé.

Le village de Theizé

La place centrale 

Sacha devant la vieille église

La nef de l’église

La Croix des Enfants faisant face à l’église

La rue menant au château

Le château de Rochebonne

Depuis le château de Rochebonne, nous grimpons sur la butte surplombant Theizé et marchons quelques temps dans les hauteurs. Le village d’Oingt surgit vite à l’horizon ; nous y descendons en longeant des coteaux de vignes dont on tire le beaujolais.

Entre Theizé et Oingt

Vue sur Theizé

En route vers Oingt

 Vues sur Oingt

Les vignes du domaine de Fond-Vieille

Nous pénétrons par la porte fortifiée de Nizy dans le bourg médiéval d’Oingt. La rue principale de ce village perché au-dessus de la vallée d’Azergues est particulièrement pittoresque. J’aime également l’église, moins la grande tour ronde qui la jouxte.

Le village d’Oingt

La porte de Nizy

La rue principale sous plusieurs angles

La tour de l’ancien château

L’église

Vue depuis le belvédère de l’église sur le village…

…et la vallée d’Azergues

Retournant à Theizé à travers les vignes, nous dépassons le joli château de Rapetour.

Le retour à Theizé

Le chemin partant d’Oingt

Les coteaux que nous traversons

Le château de Rapetour

Depuis Theizé, Sacha nous conduit vers le nord et le village de Jarnioux, qui abrite la plus jolie forteresse du Pays des Pierres Dorées.

Le château-fort de Jarnioux

L’église et le château-fort

L’entrée du château-fort

La façade nord-est du château

La balade autour du château achevée, nous obliquons vers l’ouest et le bois perché de Saint-Martin, où nous comptons faire halte pour la nuit. Sur notre route, une dernière étape, le village de Ternand, bâti sur un éperon rocheux d’où l’on domine toute la vallée d’Azergues.

 La rue qui fait le tour du village de Ternand

Nous marchons quelques kilomètres dans le bois de Saint-Martin, à la recherche du meilleur site où bivouaquer. Il se trouve tout simplement sur son point culminant, le sommet aplati des Roches Blanches, à 700 mètres d’altitude. Des traces d’anciens feux montrent que nous ne sommes pas les premiers à avoir eu l’idée d’y dresser notre tente. Installés avant la tombée de la nuit, nous ripaillons longuement, bien aidés par les deux bouteilles de rouge emmenées par Sacha.

Leave a Reply