Road-trek dans la région lyonnaise (avril 2017) – 3/3 – le Mâconnais

Après avoir levé notre bivouac, nous quittons le Beaujolais pour le Mâconnais et la ville de Cluny. Nous y attend la première des deux randonnées du jour.

Schéma du road-trek dans le Mâconnais (liens openrunner 1 et 2)

Sur la route, nous faisons deux arrêts, à la chapelle de Saint-Mamert puis au village de Saint-Point. Plus que le château de ce village, où a vécu Lamartine, plus que le tombeau du poète, c’est l’église romane Saint-Donat qui attire mon attention ; elle abrite un cimetière dégageant la même atmosphère que ceux que j’ai pu admirer en Irlande (voir ici).

Sur la route de Cluny

L’église Sainte-Marie-Magdeleine de Saint-Mamert

Le château de Saint-Point

Le tombeau de Lamartine

L’église Saint-Donat

Le cimetière de l’église

A Cluny, j’ai planifié une boucle urbaine de plusieurs kilomètres. Sans être transcendante, la ville recèle plusieurs sites témoignant de son glorieux passé. On peut la contempler dans son ensemble depuis le dernier étage de la Tour des Fromages.

Balade dans Cluny

L’arrivée à Cluny

La porte Sainte-Odile

La Tour Fabri

La mairie

Maisons romanes

La Tour des Fromages

Depuis la Tour des Fromages, vue sur Cluny…

…et sur l’église Notre-Dame

Ceci dit, ce qui est le plus fascinant à Cluny, ce n’est pas ce qui est mais ce qui n’est plus, à savoir la gigantesque abbatiale démantelée par la furie révolutionnaire. Outre un cloître construit plus tardivement, ne subsiste de l’édifice achevé au XIIIème siècle qu’un bout d’aile surmonté du clocher de l’Eau bénite. Et pourtant, l’abbaye fut autrefois le siège de l’Ordre de Cluny, qui patronnait une constellation de monastères bénédictins et rivalisait de puissance avec le Vatican. Dans la Tour des Fromages, une maquette de l’abbaye permet d’évaluer, à l’aune de ce qu’il en reste, l’immense édifice qui dominait la ville au temps de sa splendeur.

L’abbaye de Cluny

Vue, depuis la Tour des Fromages, sur les restants de l’abbaye : un clocher et un cloître

La façade du cloître, qui abrite aujourd’hui une école d’ingénieurs

Sacha devant ce qui était l’allée centrale de l’abbaye

Les deux tours d’entrée de l’abbaye ont été reconvertis en maisons

Vestiges de l’abbaye

Une dernière randonnée nous attend près de Mâcon : l’ascension de la Roche de Solutré. Sur notre route, nous faisons halte à la forteresse de Berzé-le-Châtel, l’un des plus beaux châteaux de Bourgogne, structuré en trois enceintes. Il faut payer en espèces pour y pénétrer. Nous n’en avons pas, mais le guide conciliant apprécie nos considérations historiques et nous laisse le visiter gratuitement. Non content d’être splendide, l’édifice permet en sus d’apprécier, depuis ses jardins, un panorama sur la vallée de la Petite-Grosne.

Le château de Berzé

L’arrivée au château

L’entrée du château vue depuis l’extérieur…

…et depuis l’intérieur

La cour intérmédiaire

La cour supérieure

La cour inférieure et son panorama sur la vallée de la Petite-Grosne

Vue sur le château depuis la cour inférieure

Le donjon

Quelques kilomètres plus loin sied la Roche de Solutré, à côté d’un escarpement jumeau, la Roche de Vergisson. Entre les deux, au milieu des vignes, le village de Vergisson, d’où nous démarrons notre circuit, contrairement à Mitterrand, ce gredin repentant, qui entamait son pèlerinage annuel depuis le village de Solutré-Pouilly. Sous un ciel aussi bleu que les jours précédents, nous effectuons tranquillement les 5 kilomètres d’une boucle qui conclut avec la manière notre road-trek.

L’ascension de la Roche de Solutré.

Sacha devant la Roche de Solutré

La Roche de Vergisson et le village du même nom, vus depuis le pied de la Roche de Solutré…

…et depuis son sommet

Le village de Solutré-Pouilly ; au loin, le bassin de la Saône

Gros plan sur la première maison du village

La Roche de Solutré vue du sud…

…et de l’ouest

Le hameau des Chancerons

Le sentier nous ramenant à Vergisson

Stimulé par ce troisième road-trek réussi, je brûle d’en entreprendre un quatrième ; c’est plus ou moins ce que nous ferons deux mois plus tard, dans le nord de la Grèce, même si les déplacements à pied primeront alors sur ceux en voiture (voir ici).

Leave a Reply