Mille bornes dans le Massif central (printemps 2018) – 12/31 – à l’assaut des Cévennes

A l’arrière des Vans se dressent, menaçantes, les montagnes des Cévennes. Leur traversée va occuper nos quatre prochaines journées, dont les deux premières nous permettent d’approcher leur massif principal, le Mont Lozère, par ceux, plus secondaires, du Serre de Barre et de la Loubière.

En rouge, notre entrée dans les Cévennes (correspondant dans openrunner à la fin du jour 17 et au jour 18)

Galvanisé par mes nouvelles chaussures, j’attaque la fleur au fusil les contreforts du Serre de Barre.

Le départ des Vans

La silhouette du Serre de Barre

Un énième pont en pierre ardéchois

Dans la pente, le bourg de Naves

Le sentier qui y mène

Nous découvrons à Naves l’un des plus jolis villages du trek, dont les vieilles ruelles impeccablement restaurées offrent un contraste saisissant avec celles sans charme des Vans.

Naves

Vue d’ensemble d’un bourg axé autour de l’église Saint-Jacques ; au fond, les Vans

L’entrée du village

La place centrale

Quelques rues adjacentes

Un passage voûté ; au sol, le pavage est fait de calades

A la sortie du village, les choses sérieuses commencent : il nous faut franchir le Serre du Barre au col de la Croix de Bancillon, perché 500 mères plus haut.

La grimpe vers la Croix de Bancillon

Les premiers arpents, en surplomb du vallon calcaire déchiqueté du Bourdaric

Un sentier beau et changeant

Le lieu-dit des Alauzas

Le passage au col

Passée la Croix de Bancillon, le chemin bascule dans un large vallon boisé, dont les pentes fourmillent de hameaux nous rappelant ceux du Piémont ardéchois.

Les hameaux cévenols

La vallée où nous plongeons et ses nombreux hameaux ; en face, celui de Perriès, que nous atteindrons le lendemain…

ici, celui des Angligeos…

dans les hauteurs, celui du Frontal…

…et à sa droite, celui de la Coste, tel que nous le verrons le lendemain matin

La Coste vu de Perriès à la lumière du soleil levant…

et le soir précédent, au moment où nous y arrivons

Maisons de la Coste

En contrebas de la Coste, nous achevons notre effort sur les rives du ruisseau de la Ganière, où nous localisons, moyennent quelques recherches, un bout de pelouse assez plat pour y installer notre tente.

Le bivouac près de la Coste

La journée de marche du lendemain sera marquée par de constantes difficultés d’orientation, les marques des PRs et mêmes des deux GRPs du coin étant régulièrement sabordées par les locaux, dont les manœuvres semblent facilitées par la très faible présence de randonneurs. C’est ainsi qu’à tel endroit, le chemin est barré par les hauts murs d’une propriété privée, qu’à tel autre il doit longuement la contourner, qu’un peu plus loin les indications disparaissent tout simplement… La palme de la galère revient au segment de GRP reliant Charnavas à Genolhac : les forêts qu’il traverse ont été charcutées par des sylviculteurs qui ont coupé tous les arbres disposant de marques et détruit les anciens sentiers au profit d’un réseau de pistes carrossables boueuses au sein desquelles il est bien difficile de se repérer.

Au balisage défectueux s’ajoute la difficulté intrinsèque de la marche. Il nous faut impérativement atteindre avant le soir le refuge de Genolhac, où nous attendent notre second colis de vivres et deux couches pour la nuit ; échéance qui nous oblige à avaler 27 bornes pour plus de 1300 mètres de dénivelé positif et négatif, alors que mon frère, en grande forme deux jours plus tard dans les tourbes du mont Lozère, n’a pas de bonnes jambes et traîne à l’arrière dès les premières montées. Aussi est-ce en pièces détachées que nous finirons une tragédie en trois actes.

Le premier acte consiste en la montée-descente du sommet de Font de l’Aille ; nous l’achevons plus bas que nous sommes partis, au pont de Sabucles, niché sous le village de Malbosquet. Y démarre le second acte, moins raide mais bien plus long, qui doit nous permettre de basculer dans la haute-vallée de la Cèze par-delà les crêtes de la Loubière. Ici surgissent les premiers exemples d’une trop longue série de balisages défectueux.

Autour de Malbosquet

Une rude mise en jambe dans une mer de genêts

Au sommet de Font de l’Aille

Au loin, une profusion de cimes cévenoles

La descente vers Malbosquet

Un passage voûté dans le village

Le pont de Sabucles

L’église de Malbosc se détache de l’arête des Cabusselades

Une ruelle d’Escoussous

Au-delà d’Escoussous, nous nous hissons sur l’arête de la Loubière, que nous longeons de bout en bout par une sente fleurie et rocailleuse offrant des vues exceptionnelles, à droite sur les vallées d’où nous provenons, à gauche sur celle de la Cèze, en face sur les premières cimes du mont Lozère.

Sur la crête de la Loubière

Après une partie introductive en forêt…

les arbres laissent place aux arbustes et aux panoramas sur les Cévennes

Au nord, la vallée de l’Abeau…

au sud, la haute vallée de la Cèze, avec le château du Cheylard vaguement visible en bas…

et plein ouest, droit devant nous, le mont Lozère, qui nous attend de pied ferme

Au col du Péras , nous quittons la crête en direction d’Aujac et repiquons à l’orée du village vers la Cèze. Le pont qui la franchit marque la fin du second acte ; le troisième doit nous mener à Génolhac par un GRP dont le marquage ne subsiste qu’à de rares endroits. Démarre une lutte physico-tactique qui ne prendra fin qu’au col de Canteperdrix, à l’instant ou le village de Génolhac, tapi au fond d’une cuvette, daigne enfin se présenter à nous. Un bref repas au comptoir de la barmaid qui gardait pour nous les clefs du refuge et nous y récupérons notre colis.

L’arrivée à Genolhac

Bonnevaux vu du col du Péras

Les ruches des Bouchets

La Cèze

Charnavas bas

Charnavas haut

Genolhac

Notre dernière nuit du trek dans un lit

Le refuge est vide et confortable ; nous pourrions y faire la grasse matinée mais préférons, au vu des orages annoncées pour le lendemain midi, partir à l’aube. Ainsi espérons-nous atteindre avant la pluie le chalet de l’Aigle, un refuge non gardé prometteur planté dans les pentes du mont Lozère, où nous aurons tout le temps de faire la sieste.