Mille bornes dans le Massif central (printemps 2018) – 3/31 – les collines d’Ardèche

Après deux jours de marche sur le toit de l’Ardèche, nous plongeons dans ses entrailles, transitant par des vallées flanquées de collines de moins en moins saillantes.

En rouge, notre descente vallonnée vers Aubenas (correspondant au jour 5 et au début du jour 6 dans openrunner)

Au fil de la descente, de pittoresques villages ardéchois, dont le premier est Péreyres. Le sentier qui nous emmène est incomparablement plus beau que ceux des jours précédents, l’ambiance plus méditerranéenne ; on se croirait sur les plus fameux chemins des Cyclades, la verdure en prime.

Le sentier menant à Péreyres

Après un bon kilomètre de descente abrupte dans la forêt…

…nous progressons en balcon sur une voie pavée intacte…

nous extrayons des bois…

…et continuons notre effort le long d’une paroi rocheuse débordant de genêts

Après la tuile rouge et la pierre basaltique du Velay, après l’ardoise du plateau ardéchois, nous découvrons à Péreyres un troisième style architectural, une combinaison de toits aplatis aux tuiles délavées et de murs massifs en pierre granitique blanchâtre qui caractérise le Midi de la France. Les hameaux du même genre s’enchaînent à mesure que nous descendons la vallée de la Bourges.

Dans la vallée de la Bourges

Le village de Péreyres

Son église

Une maison typique

La vallée de la Bourges

Un chemin toujours aussi plaisant

Le village du Peyral

Un des vieux pont enjambant la Bourges

Dans un virage de la rivière de la Bourges, le pittoresque village de Burzet s’est calé au fond du vallon ; nous profitons des lieux en ripaillant dans la taverne locale.

Burzet

Vue d’ensemble du village

La tour de l’horloge ; à sa gauche, l’église Saint-André

Les rives de la Bourges

Une rue typique…

…par laquelle nous repartons

Les sentiers reliant Burzet au village suivant, Labastide-sur-Bésorgues, sont du même tonneau que les précédents ; nous ne boudons pas notre plaisir.

Vers Labastide-sur-Bésorgues

Le chemin bordé de murets

La chapelle Saint Bénézet

L’arrivée au col de Moucheyre

Au hameau de la Béraude…

…une voie pavée part à gauche…

…alors qu’à droite, on peut admirer le canyon de la Bésorgues

Nous ayant trop gâtés jusque-là, le ciel se décide à pourrir notre fin de journée. Les nuages qui nous menacent depuis quelques heures ne peuvent plus contenir leur colère et nous arrosent copieusement pendant deux heures, gâchant l’ascension du promontoire des Coulets et la prometteuse descente vers Antraigues-sur-Volane.

C’est trempés jusqu’aux os que nous déboulons dans les hameaux bordant le village. Le déluge ne semble pas vouloir cesser et le camping municipal que nous visions n’a ni abri ni eau chaude, si bien que mon frère me propose de louer une chambre dans une auberge voisine, située à cent mètres du camping, au pont de l’Huile. J’accepte, pour ce qui constituera notre seule nuit d’hôtel du voyage ; choix salvateur, la pluie n’ayant pas cessé de la soirée.

Au matin, le soleil nous accompagne durant la visite d’Antraigues-sur-Volane, village perché célèbre pour avoir abrité des militants communistes, parmi lesquels le chanteur Jean Ferrat. A cause du mauvais temps, nous n’avons pu en apprécier l’ensemble la veille, des hauteurs des Coulets, ce que nous compenserons dans la journée en dénichant un belvédère idéal sur les pentes du Volcan de Craux.

Autour d’Antraigues-sur-Volane

Le pont de l’Huile

Son patron posant devant l’auberge La Castagno, où nous avons passé la nuit

Antraigues-sur-Volane vu du pont de Gamond…

…du belvédère de Rochegude…

…et de celui du Volcan de Craux

La place du village

Au-delà d’Antraigues, nous repiquons plein sud vers Aubenas, sur un parcours toujours aussi verdoyant, vallonné et truffé de chemins balisés. Nous passons de l’une à l’autre en privilégiant au maximum les sentiers aux pistes, quitte à effectuer quelques improvisations plus ou moins payantes.

De colline en colline

La voie pavée sortant d’Antraigues

Le château de Craux…

…et son domaine

Un des nombreux sentiers arpentés

Un pont en pierre de plus à notre palmarès !

Le bourg de Saint-Andéol-de-Vals, vu du nord-ouest…

…et de l’est

A mesure que nous approchons la haute-vallée de l’Ardèche, l’urbanisation est de plus en plus prégnante, signe annonciateur d’une phase moins jubilatoire de nos pérégrinations ardéchoises.