Mille bornes dans le Massif central (printemps 2018) – 4/31 – la haute vallée de l’Ardèche

Après six jours de marche aériens sur les cimes orientales du Massif central, l’atterrissage dans la vallée de l’Ardèche ne s’effectue pas sans accroc.

Notre marche dans la haute vallée de l’Ardèche, puis celle du Lignon (correspondant sur openrunner à la fin du jour 6 et au jour 7)

La plus désagréable secousse est ressentie lors d’un détour de 5 kilomètres ayant pour cible la ville d’Aubenas. Bruyante, bétonnée, polluée, dégradée, emplie d’une faune urbaine dont nous nous passions allègrement les jours précédents, elle n’a même pas la courtoisie de nous présenter son château sous son meilleur aspect, puisque sa tour orientale est en réfection. A posteriori, nous regrettons d’y être passé et aurions préféré, depuis Saint-Andéol-de-Vals, filer directement vers Vals-les-Bains.

Aubenas

La ville vue de la bosse d’en face…

…et des rives de l’Ardèche

Le château d’Aubenas, avec son donjon en tuiles vernissées

Le Dôme Saint-Benoît

Nous fuyons la ville par les rives de l’Ardèche, qui nous mènent, au-delà du village fortifié du Vieil Ucel, dans le premier camping de la petite dizaine où nous ferons halte ce prochain mois.

Le Vieil Ucel

Vue d’ensemble du village

Entre des façades tassées…

…on y pénètre par une allée couverte

Le barbecue du camping adjacent, où nous cuisons notre riz

La matinée du lendemain est consacrée à remonter la haute vallée de l’Ardèche, puis à nous enfoncer sportivement, par monts et par vaux, dans un arrière-pays parsemé de hameaux en vieille pierre.

L’arrière-pays d’Aubenas

La station thermale de Vals-les-Bains

Au loin, notre objectif, le massif du Tanargue

Le hameau des Echandols…

…et celui des Souillets

Le sentier descendant vers le Lignon

Au moment où nous approchons la principale curiosité de la journée, le village de Jaujac, le violent orage qui couve depuis le matin explose soudainement. Le déluge qui s’abat sur nos têtes est tel que nous ne pouvons continuer à avancer et nous réfugions à la hâte sous un préau faisant face à l’église de Jaujac. Le ciel ne se calme qu’une heure plus tard, nous permettant de visiter un village qui mérite largement sa réputation, bâti qu’il est sur les deux versants d’un ravin basaltique escarpé au fond duquel coule le Lignon.

Jaujac

Le village photographié peu avant l’explosion orageuse

L’église Saint-Bonnet et à sa droite, le château de Castrevieille, vues du préau où nous sommes réfugiés

La place centrale, dite du Champ de Mars

La partie du village située sur la rive gauche du Lignon

Depuis les hauteurs de la rive gauche, vue sur le village d’est en ouest

Les façades de la rive droite dominent une falaise basaltique

C’est sous un léger crachin que nous reprenons la route, dans le but de dégoter, sur les rives du Lignon, un bout de pelouse où poser notre tente avant d’attaquer à l’aube les pentes du Tanargue. Nous repérons un coin adéquat au-delà du Chambon, près d’un pont sous lequel nous nous blottissons pour préparer notre habituelle soupe de riz à l’abri de l’un crachin persistant. Le bois étant très humide après trois jours de pluie, mon frère alimente principalement le feu avec les pages de livres que nous avons dénichés plus tôt dans les cartons abandonnés d’une maison tout aussi abandonnée.

Sur les rives du Lignon

Un jardin aménagé dans les pentes du vallon

Le château du Bruget

Notre bivouac au bord du Lignon

Parmi l’amoncellement de livres qui moisissaient dans la ruine, j’ai eu la bonne idée de m’accaparer Les Survivants, un best-seller de Piers Paul Read relatant l’extraordinaire lutte pour la survie d’une équipe de rugby uruguayenne dont l’avion s’est écrasé dans la Cordillère des Andes. Cette tragédie bien connue des contemporains du crash n’avaient jamais été portée à ma connaissance. Les trois jours qui suivent, je passerai tout mon temps libre à avaler l’ouvrage et en ferai à mon frère un récit détaillé ; les épreuves terribles qu’ont enduré ces Uruguayens pendant des semaines nous aideront à relativiser nos propres turpitudes physiques et météorologiques.