Le projet “Tour du monde occidental”

Le Tour du monde occidental (TMO) est mon projet majeur, l’aboutissement d’une décennie de marche.

Dans sa première mouture, imaginée durant l’hiver 2017, il se restreignait au Vieux continent et consistait en un road-trek courant d’avril à octobre 2020, à travers une vingtaine de pays d’Europe centrale, du sud et de l’est ; un périple de six bons mois qui m’obligeait à prendre un congé sabbatique et à réunir un budget minimal de 7000 euros, afin de couvrir les dépenses quotidiennes et le loyer d’un appartement rennais que j’entendais conserver.

J’ai vite compris que je parviendrai d’ici le grand départ à en économiser le double, ce qui m’ouvrait le champ des possibles : pourquoi ne pas partir deux fois six mois, ou même, en passant l’hiver dans l’hémisphère sud et en abandonnant derrière moi travail et logement, un an et demi ?

Un peu folle, l’idée me séduisait de plus en plus : elle me permettait d’étaler la découverte des vingt pays européens sur deux séquences de cinq ou six mois, entrecoupées d’un périple dans deux pays mythiques de la randonnée et en même temps des prolongements de l’Europe: l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

En décembre 2018, le projet pris une nouvelle tournure après que mon frère ait annulé, pour des raisons familiales, notre trek central de l’année 2019, La France de cime en cime, pour lequel j’avais accumulé sept semaines de congés payés. Contraint de les exploiter autrement, j’organisai, tout au long de l’année 2019, une demi-douzaine de treks ramassés vers les pays européens auquel j’entendais initialement consacrer le troisième semestre du TMO. Ledit semestre, ainsi libéré, pouvait être orienté vers l’exploration d’un autre prolongement du continent européen : les Etats-Unis.

Ainsi se trouvait fixée l’armature du TMO : un semestre en Europe, un semestre en Océanie, un semestre en Amérique !

J’en dessine progressivement les contours, dont voici l’esquisse actuelle :

de mi-mai à mi-octobre 2020, une série de treks en Europe, plus ou moins continus, des Balkans aux Alpes, avec probablement: deux semaines dans les massifs de la Bulgarie occidentale; une dans ceux du nord-ouest de la Macédoine; deux mois de marche continus de l’Albanie à la Croatie par le Kosovo, le Monténégro et la Bosnie, en suivant l’itinéraire des Peaks of the Balkans puis de la Via Dinarica; un trek de trois petits mois dans les Alpes, destinés à joindre la Slovénie à Nice par l’Italie; enfin repos de quelques jours en famille.

-de novembre à décembre 2020, j’embarque pour l’Australie et la Tasmanie, pour des marches encore à définir.

-de janvier à mars 2021, passage en Nouvelle-Zélande; traversée intégrale en deux mois de l’île Sud par le célèbre itinéraire Te Araroa, puis un mois de petites randonnées dans l’île Nord.

-d’avril à mi-septembre 2021, l’apogée du TMO: traversée des USA du nord au sud par sa randonnée la plus mythique, le Pacific Crest Trail.

Carte résumant le TMO avec les 9 zones de treks arrêtées, dont les 4 majeures en rouge

En vue du grand voyage, j’ai repensé de fond en comble un équipement établi dans sa majeure partie au début de l’année 2016, et presque inchangé les trois années suivantes. J’ai presque tout modifié, sac à dos, tente, sac de couchage, système électronique et cartographique. Les treks européens s’étalant d’avril 2019 à avril 2020 me permettront de tester ce nouveau matériel, de le remodeler au besoin et de démarrer le TMO, en juin 2020, avec un équipement parfaitement au point, dont je ferai la liste ici-même quand j’en aurai fixé le contenu définitif.

La série de voyages européens de 2019 aura une autre utilité : m’emmener à la découverte d’une dizaine de pays qui, ajoutés à ceux que je connais déjà et ceux que je traverserai durant le premier semestre du TMO, formeront un tout continental ne laissant de côté que les pays baltes, russes et scandinaves, plus quelques îles méditerranéennes.

Si le TMO s’effectuera par défaut en solitaire, j’accepte avec plaisir de faire un bout de route avec d’autres randonneurs, étant entendu qu’ils s’adaptent plus ou moins à mon rythme. Mon frère m’accompagnera les premières semaines, et peut-être quelques autres dans les Balkans ; d’autres amis pourraient me rejoindre temporairement. Que ceux qui sont également intéressés me contactent. Quant à ceux qui désirent simplement avoir de mes nouvelles, qu’ils consultent ma page facebook, où j’essaierai d’en donner régulièrement !