Voyage en Suisse romande (septembre 2017) – 0/9 – présentation du voyage

Trop septentrionales, les Alpes suisses et autrichiennes n’ont pas été inclues dans la traversée des Alpes que je prévois d’effectuer. J’ai préféré consacrer aux deux pays un séjour spécifique d’une dizaine de jours en fin d’été, en 2018 pour l’Autriche, en 2017 pour la Suisse.

Les tarifs des lignes aériennes desservant la Suisse étant prohibitifs, je me rabats sur le train et combine un aller retour Paris-Lausanne avec un aller-retour Rennes-Paris. Les horaires ne correspondant pas vraiment, j’ai deux après-midi à tuer ; j’en profiterai pour faire le tour du Paris historique en six heures de marche (voir ici).

Les billets achetés, je dispose de dix journées pleines de marche à planifier depuis Lausanne. Quelques recherches sur un excellent site cartographique suisse m’orientent vers les alentours de Sion, capitale du canton du Valais, correspondant à la haute vallée du Rhône. Au nord de cette vallée, les Alpes bernoises. Un circuit renommé fait le tour du Wildhorn, l’un de ses sommets ; je décide d’en faire l’axe du trek.

Le projet intéresse mon ami Sacha, qui vit à quelques heures de la Suisse. Ne pouvant poser un gros congé en septembre, il parvient à libérer un weekend de quatre petites journées ; durée parfaite pour accomplir à mes côtés le tour légèrement remanié du Wildhorn. En à peine 60 kilomètres et 4000 mètres de dénivelé, cette boucle nous a offert une synthèse de tous les types de paysages alpins. Le point culminant du circuit et de tout mon trek a été la matinée de marche entre le col du Sanetsch et le lac de Ténéhet : lancés de nuit après un bivouac improbable dans une cabane du col, nous avons traversé un impressionnant désert minéral perché à 2500 mètres d’altitude et comportant des passages parfois plus vertigineux que ceux expérimentés la semaine précédente dans le Verdon (voir ici).

En rose, le tracé de notre tour du Wildhorn, effectué en quatre petites journées (lien openrunner)

J’ai deux journées pleines à exploiter avant l’arrivée de Sacha à Sion. Au sud de la haute vallée du Rhône, de puissantes montagnes s’élancent vers les hauts sommets du Valais, creusant d’immenses vaux parmi lesquelles celui d’Anniviers, que je décide de remonter jusqu’au col du Torrent avant de redescendre vers Evolène. C’est à cette occasion que j’ai accompli la plus intense journée de marche de ma vie : une ascension continue de presque 35 kilomètres pour plus de 2500 mètres de dénivelé, avec un bivouac conclusif dans un abri perdu sur une crête enneigée, à presque 3000 mètres d’altitude.

En rouge, les deux journées de marche introductives entre Sierre et Evolène (lien openrunner)

Après une marche plus modeste le lendemain, la visite de Sion en attendant Sacha au matin du troisième jour et les quatre petites journées consacrées au tour du Wildhorn, je me suis séparé de Sacha en amont du lac Tseuzier, où il avait garé sa voiture, et ai filé vers l’ouest en direction du lac Léman. J’avais quatre jours pour atteindre Montreux ; trois jours et demi auront suffi, ce qui dégagera une après-midi finale pour visiter la ville de Lausanne lors d’une randonnée urbaine particulièrement sportive.

En bleu, les quatre journées de marche entre les pentes du Wildhorn et le lac Léman (lien openrunner)

Au-delà de la variété des paysages traversés et des problèmes rencontrés, liés tantôt au climat, tantôt à l’orientation, tantôt aux bivouacs, une constance se dégage du trek : la grimpe, puisque j’aurai avalé plus de 11000 mètres de dénivelé positif en 10 jours de marche. En récompense, une multitude de moments exaltants que seule la montagne peut procurer.

Vue d’ensemble des dix jours du trek ; en vert, le transfert en bus puis en voiture d’Evolène au lac Tseuzier

Le retour au réel est plus difficile encore qu’à l’habitude. Je brûle d’impatience à l’idée de retourner dans les Alpes, ce qui sera le cas en 2018, à l’occasion de treks au Liechtenstein, en Autriche, dans les Bauges et les Baronnies provençales, et plus largement encore en 2020.

One thought on “Voyage en Suisse romande (septembre 2017) – 0/9 – présentation du voyage

Leave a Reply