Traversée des Carpates slovaco-polonaises (juillet 2019) – 10/10 – Cracovie et ses environs

Cracovie est présentée, à raison, comme la plus belle des grandes villes polonaises. Et pourtant, si admirable qu’elle soit, sa vieille-ville ne m’a envoûté ni par son atmosphère, ni par son agencement, ni par des monuments abusant trop à mon goût de la brique rouge.

Peut-être ai-je un niveau d’exigence trop élevé, après un début d’année 2019 qui a vu se multiplier les randonnées urbaines mémorables, à Venise, Florence et Pise, Grenade, Carcassonne, Versailles et Chartres, Séville, Sibiu et Brasov, Budapest ou Édimbourg. Reste que je garderai comme meilleur souvenir de Cracovie la traversée de ses campagnes par les rives de la Vistule.

Le long de la Vistule

L’approche de Cracovie par la Vistule (lien openrunner)

La Vistule

Ses rives accidentées

L’abbaye bénédictine de Tyniec, l’une des plus anciennes de Pologne, vue de la rive gauche…

…de la rive droite…

…et de sa cour intérieure

Un long parcours en forêt…

…qui transite par l’église de l’Assomption…

…et le luxueux hôtel de de Baszta…

…me conduit au tertre de Kościuszko…

…qui domine toute la ville de Cracovie

Au Moyen Age, Cracovie était complètement ceinturée de murailles dont il reste quelques témoignages.

Traces des fortifications de Cracovie

La Barbacane, qui protégeait jadis l’entrée de la ville

Dans l’enceinte qui jouxte la barbacane et s’étend sur plusieurs centaines de mètres…

…l’élégante porte Saint-Florian

L’enceinte enferme un dédale de rues larges qui convergent vers la Grand-Place, la plus immense place médiévale d’Europe, au centre de laquelle trône le bâtiment le plus original de Cracovie, la Halle aux Draps.

Le centre historique de Cracovie

La Grand-Place est dominée par la tour de l’Hôtel de Ville…

…et occupée en son centre par la Halle aux Draps…

…derrière la Halle, dans le coin est de la place…

La basilique Sainte-Marie, principale édifice religieux d’une ville en comptant bien d’autres…

…telle la basilique Saint-Florian…

…l’église Saint-André…

…ou l’église Saint-Gilles, devant laquelle une croix rend hommage aux martyrs de Katyn

Le séminaire de l’archidiocèse de Cracovie

L’ancestrale université…

…où a notamment été formé l’astronome Copernic

Une rue goudronnée typique du centre-ville

Une rue pavée menant au château

Ce centre historique est dominé par la modeste colline fortifiée de Wawel, dont les murailles enferment un assemblage hétéroclite de monuments parmi lesquels se distinguent, sans surprise, le château et la cathédrale.

La colline du Wawel

Ses fortifications vues de la Vistule

Vue extérieure de la cathédrale…

…et du château

L’enceinte, jalonnée de tours en brique et tuile rouge

…abrite une cour intérieure fleurie…

…par laquelle on accède au château, à droite, et à la cathédrale, à gauche

Gros plan sur la cathédrale

La cour intérieure du château

J’achève la visite de Cracovie par un temps aussi maussade que mon humeur. Et pour cause ! Après trois mois de marche partagés entre la Grande-Bretagne, l’Italie et les Carpates roumaines puis slovaco-polonaises, je vais devoir ronger mon frein jusqu’au début de l’automne et à mon envol pour la Suisse saxonne…