La Bohème en cinq actes (septembre 2019) – 5/5 – Prague et Karlstejn

L’année 2019, riche en visites urbaines mémorables, entre autres à Florence, Budapest, Édimbourg, Sibiu, Carcassonne, Versailles ou Cracovie, avait été inaugurée en fanfare à Venise ; il fallait la conclure en beauté, et pour ce faire, les quartiers historiques de Prague n’apparaissaient pas comme un choix au rabais. Et si je reste plus sensible à l’architecture française ou italienne, je reconnais

Mes deux sessions de marche à Prague (lien openrunner)

Le cœur historique est divisé en deux pôles séparés par la rivière de la Vltava : dans un méandre de sa rive droite, la vieille-ville ; sur sa rive gauche, les quartiers adjacents de Malá Strana, dans une vallée, et du Hradschin, sur une colline abritant le château.

Vue d’ensemble de Prague depuis les hauteurs du Hradschin

Ces deux ensembles sont reliés par le symbole de la ville et chef d’œuvre de l’architecture médiévale, le pont Charles. Avec son origine ancestrale, ses 500 mètres de longueur, ses 30 statues et les 2 tours gothiques, massives mais élégantes, qui en gardent les extrémités, il postule sans mal au titre de plus majestueux pont du monde.

Le pont Charles

Vue d’ensemble du pont…

…donnant à l’ouest sur Malá Strana, le Hradschin…

…et la tour gothique occidentale

…et à l’est sur la vieille-ville…

…que garde la tour gothique orientale

Un cours d’eau secondaire qu’enjambe le pont

Depuis les collines de l’ouest de Prague, on peut apprécier dans leur ensemble les quartiers de Malá Strana et du Hradschin.

Malá Strana et le Hradschin

Malá Strana

Le Hradschin

Les deux quartiers pris ensembles depuis le parc…

…et le pont Charles

Dans Malá Strana, la petite place de Na Kampě…

…et un réseau de ruelles…

…centré autour de la rue centrale de Mostecká…

…au terme de laquelle on monte vers le Hradschin…

…dont la place centrale bordée de palais tel que celui de Schwarzenberg…

…et conduit au château

Le château de Prague, le plus grand du monde, est en fait une véritable cité fortifiée gorgée de monuments de toute époque.

Le château de Prague

L’entrée principale, ornée de statues de titans

La Première Cour, reliée à la seconde par la porte de Matthias

La Deuxième Cour, qui laissent déjà deviner les tours de la cathédrale Saint-Guy

La Troisième Cour, qui enferme le palais royal…

…et les tours gothiques immenses…

…de la cathédrale Saint-Guy…

…dont l’entrée principale, la Porte d’Or, voit son tympan orné de mosaïques bibliques…

…et derrière laquelle on accède à la place Saint-Georges…

…qui donne sur la basilique du même nom

Un peu plus loin, on peut obliquer vers la fameuse ruelle d’Or, qui était fermée le matin de mon passage

Mais le cœur de Prague reste sa vieille-ville, un labyrinthe de ruelles propices à la flânerie.

La vieille-ville

Vue d’ensemble depuis le parc Letná…

…le pont Charles…

…l’île des Archers…

…et la tour gothique

La tour Henri et le clocher de l’église de Saint Henry

Certaines places sont calmes…

…d’autres animées…

…moins toutefois que l’a rue Havelska, menant à l’église Saint-Gall…

…et abritant le marché d’Havelska, le plus connu de Prague

Ce vaste dédale est axé autour de la place de la Vieille-Ville, l’une des plus célèbres d’Europe, comme en atteste la foule innombrable venue admirer son alignement de façades baroques colorées et dominées par les tours puissantes de l’église Notre-Dame du Týn.

La place de la Vieille-Ville

La place prise au soir, au milieu de la foule…

…et au matin, dans une atmosphère plus paisible

L’église Notre-Dame du Týn, symbole du mouvement hussite, est intégralement ceinturée par des bâtiments profanes

Face à l’église, l’autre monument principal de la place…

…l’ancien hôtel de ville, avec sa tour gothique…

…au pied de laquelle on peut admirer une horloge astronomique médiévale intacte

…joignant l’hôtel de ville et l’église, une succession de façades bariolées…

…abritant de luxueux hôtels…

…des bâtiments ministériels…

…et des palais rococos, tels le Palais Kinský

Arrivé à Prague en avance sur mes prévisions, je pars à la découverte d’un fleuron de l’architecture tchèque, le château de Karlštejn.

Autour du château-fort de Karlštejn

Ma balade autour de Karlštejn (lien openrunner)

A quelques kilomètres du château, des carrières si grandes qu’on dirait un canyon naturel

Le village de Karlštejn

Le château vu du village…

…et le village vu du château

Vue d’ensemble du château

Son entrée

Son donjon

Cette conclusion épique du périple en Bohème est de nouveau ternie par une succession d’averses. Le soleil m’aura quasi-constamment privé de ses bienfaits durant dix jours ; il se rattrapera la semaine suivante, lors d’une virée dans les montagnes de Provence.